Le siècle des « manifestes »

Notre civilisation arrive à un tournant de son histoire, beaucoup de choix sont proposés, il s’agit d’aller à l’essentiel pour ne pas se perdre dans une errance déjà bien installée…

Sexualité et spiritualité

 

 

La sexualité humaine est le sens qui contient tous les autres, et on a de cesse de l’annihiler. Ou bien sous prétexte de liberté, on invite à la débauche. La vie est sacrée et la sexualité représentant la pulsion vitale par excellence est de tous le sens le plus sacré et celui qui reste tabou dans la plupart des conversations; On en parle par derision ou pire on s’en amuse grossièrement.

Wilhelm Reich, psychiatre allemand, a démystifié le pouvoir mis en place par une société repressive , cherchant à dominer la souveraineté que chaque être humain devrait revendiquer.

Reprendre sa vie en main, avoir le courage de voyager vers soi-même en communication avec les autres. Retrouver l’authenticité de ses fonctions naturelles, devrait être le programme de toute vie humaine.

Malheureusement c’est dès la naissance que les dés sont pipés. Alors que la mère et l’enfant devraient vivre une initiation, on leur impose une naissance médicalisée à outrance. Je ne dis pas que la medicine n’y a pas sa place, mais elle devrait se mettre au service de la nature et non pas exagérer son importance.

La vie est bonne, tout est beau et digne de confiance dans le corps de nos enfants; La petite enfance devrait être une période de tendresse et de liberté, de découverte, certes supervisee par des parents et des éducateurs aimants., pour que l’enfant n’oublie pas d’où il vient. Cette incarnation à laquelle il doit faire face doit rester connectée à sa conscience divine.

Arrive l’adolescence et l’éveil sexuel qui devrait passer par un rituel initiatique, étant donné l’abandon de toute education dans ce domaine. Cette énergie qui s’impose au corps devrait être maîtrisée par une connaissance transmise par les adultes.

Mais où en sont ces adultes ? savent-ils seulement eux-mêmes reconnaitre cette force qui les traverse ? savent-ils gérer leur pulsion sexuelle ? savent-ils respecter leur corps et leur esprit qui ne demandent qu’à s’associer dans cette aventure si merveilleuse qu’est la vie humaine ?

Tout débute lorsque l’on tombe amoureux et que l’on découvre cette attirance vers l’autre. Pourquoi celui-ci, celle-ci plutôt qu’un ou une autre ? c’est là que reside tout le mystère de l’intelligence de l’amour, emprisonnée dans des règles socio-culturelles. Des règles il en faut pour sortir d’un chaos ingérable. Mais ces règles devraient rester naturelles et non pas se metre au service d’un pouvoir quelconque, qu’il soit social, culturel, familial. On ne devrait se fier qu’à soi-même, car le corps demande à être reconnu par l’esprit qui le gère.

Annick de Souzenelle qui a étudié les textes sacrés nous explique que l’homme est en résonance avec l’UN  et la femme avec le MULTIPLE , à l’image de Dieu et sa creation. Il ne s’agit pas de hiérarchiser les genres, à savoir que l’amour de Dieu et l’amour de ses multiples creations restent interchangeables puisque l’un contient l’autre. Et lorsque l’être humain aura integré sa sexualité on pourra enfin gravrir l’échelle de Jacob !

Poursuivons cette reflexion qui risqué de faire croire à nos chers hommes qu’il est naturel d’avoir de multiples partenaires pour satisfaire leur sexualité. Il n’en est rien, meme si cela arrive fréquemment par manqué de connaissance de son propre fonctionnement. En prenant conscience de cela, l’homme cherchera avec sa partenaire à atteindre l’orgasme cosmique qui nourrit tous les centres énergétiques. Et c’est également ainsi qu’on peut comprendre que notre evolution nous fait sortir des barrieres judéo-chrétiennes du mariage mal enseigné, car la magie du rituel ne suffit plus à maintenir ensemble deux personnes qui doivent parcourir leur chemin respectif

dans une liberté pleinement assumée sous l’égide de l’authenticité. La sexualité humaine est un cadeau de la nature que nous n’avons pas le droit de falsifier. On nous demande d’apprivoiser notre animalité, de l’élever au rang humain puis divin. Si le premier partenaire se prête à cette recherché et à ce travail, nul doute qu’il n’y aura pas de separation, mais l’amour ayant sa proper intelligence et cherchant à nous conduire vers nous-même à travers l’autre, il faut pouvoir accepter une solitude pendant laquelle notre souffrance nous fera gravir un echelon de notre evolution. La plupart des rites de passage contiennent une part d’insécurité et d’angoisse. Une mort symbolique nous entraîne vers une renaissance. Et c’est tout ce que l’on perçoit pendant que nous faisons l’amour.. Il s’agit d’une regression vers la naissance par tous les stades oral, anal, puis l’orgasme nous emmène vers cette limite de la naissance et de la mort qui petit à petit nous livre son mystère.

L’acte d’amour est un ritual de passage en lui-même, mais ne serait-il pas bon d’y preparer la jeunesse ?

Ce mystère peut être abordé par la petite circulation celeste qui nous ramène à la source de nous-même à travers notre soufflé. Elle nous met sur la voie , celle que notre incarnation doit suivre. Car l’amour est un don total de son être pour fusionner dans une complétude avec l’autre.

Certains êtres arrivent à sublimer la chair, mais dans ce cas, ils restent en bonne santé, leur pulsion vitale étant transmutée dans une tendresse épanouie et heureuse. En aucun cas, ils n’iront satisfaire leur besoin d’amour ailleurs. Leur fusion corps/esprit s’est opérée de leur vivant. Quel beau programme en perspective pour nos enfants, il leur reste à déjouer les pièges de l’ego qui est puissant mais qui ne demande qu’à devenir notre complice pendant ce voyage passionnant qu’est la vie humaine, en interaction avec l’univers

 

2 réflexions au sujet de « Le siècle des « manifestes » »

  1. Bonne réflexion sur un sujet complexe et tabou qu’est la sexualité, Je souhaite que la situation puisse faire place a une meilleur compréhension des valeurs pour qu’on réalise une certaine équilibre entre le corps et l’esprit.

    • Bonjour Jean-François, ai-je oui ou non répondu à votre commentaire pertinent ? je ne retrouve pas la réponse sur le site, si bien que je viens de rajouter un texte qui apporte de l’eau à votre moulin. Enfin, je l’espère… bien à vous et encore grand merci de l’intérêt que vous témoignez pour mes humbles articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *