Le siècle de l’enseignement

Nous nous enseignons tous réciproquement, à condition de se servir d’une communication authentique, sincère, sans duplicité. Osons sortir des prisons de l’égo dans laquelle nous a enfermés le formatage socio-culturel.

Ce n’est pas simple, car cela nous décale de l’ordinaire du quotidien par lequel nous sommes asservis. Mais quel délice de vivre dans l’opulence de soi-même ; sans concession ; juste ce qu’il faut de compassion pour continuer à aimer les autres. Attention au piège de l’égoïsme spirituel qui nous écarte de nos prochains. Mais gardons la vigilance qui nous alertera lorsqu’il faudra trouver refuge en nous-mêmes pour ne pas nous perdre dans l’ignorance de l’autre. C’est un travail de chaque instant ; un rappel à soi constant. Mais on finit par établir une complicité avec l’univers qui a plus d’un tout dans son sac, pour nous envoyer ses messages via la synchronicité et quelquefois carrément la concrétisation matérielle d’un signe qui symbolise la réponse attendue ou qui nous dirige vers elle.

C’est aussi une affaire de confiance. Suivre son intuition sans en connaître la finalité. Le résultat ne nous appartient pas, il fait partie du plan divin avec lequel on ne peut que s’associer. Une grande affaire d’humilité !

2 réflexions au sujet de « Le siècle de l’enseignement »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *