Le siècle de la liberté assumée

Les religions divisent et la foi unit disait-il (je ne me souviens pas de son nom), mais je sais qu’il avait raison.

Les religions restent figées dans leur conviction de la vérité, alors que celle-ci est vivante et poursuit son chemin sans se soucier du mental humain.

Les symboles utilises restent immuables dans le fond, mais leur forme évolue avec la conscience. L’importance étant de mettre le microcosme au diapason du macrocosme et cela implique une remise en question permanante.

Les règle socio-culturelles actuelles ne conviennent plus aux consciences évoluées, celles qui se prennent en charge et reconnaissent la liberté qui leur est dévolue par leur statut d’être humain.

Le choix appartient à chacun de vivre par procuration ou de se livrer au mystère de la vie qui les traverse et qui les pousse vers leur dimension spirituelle, par un chemin semé d’embûches appartenant au monde des apparences.

Courage et determination sont nécessaires mais personne n’est appelé à faire davantage qu’il ne peut supporter. La compassion doit faire partie de nos bagages.10935980_380365252124914_2133838364_n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *